Utiliser des méthodes de chasseur pour des photos captivantes ?

1 - Savez-vous que Henri Cartier Bresson (HCB) était un passionné de chasse ?

On peut le remarquer dans ses photos. Grâce à l'étude de ses planches contact, on a pu déduire qu'il pratiquait la chasse et la photographie de façon similaire. 

HCB était un maître du cadrage et de la composition. La composition, c'est l'art d'organiser les éléments dans le cadre, votre cadre. Il a étudier auprès d'André Lhote 1, l'art de la composition en peinture. Il a superposé des multitude de calques et de motifs issus du nombre d'or et des courbes de Fibonacci sur de célèbres peintures.  Le nombre d'or ou la divine proportion devraient être la référence en photo. La taille du capteur prend souvent trop la place dans les réflexions de photographes. 

2 - Savoir être patient comme un chasseur ?

J'ai utilisé cette méthode lorsque je me suis rendu à l’île Maurice au mois de février. Je me suis inspiré d'Henri Cartier Bresson et de la façon dont il avait de préparer son cadrage et sa composition. Mais surtout sa façon d'attendre et de déclencher au moment ultime : "l'instant décisif". A quelques secondes d'intervalles, la chaos peut se transformer magiquement en une scène équilibrée et en une composition évidente.

1 - André Lhote, né à Bordeaux le 5 juillet 1885 et mort à Paris le 25 janvier 1962, est un peintre, graveur, illustrateur, théoricien de l'art et enseignant français. Il est l'un des représentants du mouvement cubiste


1 - HCB, un passionné de chasse !

Connaissez-vous cette photo ? Prise en 1932 à Hyère par HCB. 

Combien de temps est resté HCB en haut de cet escalier ?

Henri Cartier BRESSON

A t-il saisi du premier coup ce cycliste ? A t-il essayé avec d'autres passants ? 

J'aimerai tant étudier ses planches contacts. Combien de photos a t-il fait avant de saisir celle du cycliste ? On apprend beaucoup de l'approche d'un photographe, de la facon dont il aborde les choses. Aujourd'hui, on sait que HCB était passionné de chasse.


Et si une passante et son chien étaient passés ?

Et si personne ne s'était présenté dans la rue ce jour là ?

Henri cartier Bresson - Chasseur

Et si .....

Pour l'expérience, je me suis permis d'enlever le cycliste de la célèbre photo d'Henri Cartier BRESSON. J'espère qu'il ne n'en voudra pas. 

henri_cartier_bresson_bicycle 2.jpg

Et si .....

Une passante est peut-être passée dans la rue ce jour-là ?


Le choix du photographe

Ce jour là, HCB a eu le choix. Il a eu le choix de déclencher au bon moment. Et c'est bien là que réside le talent du photographe. Ressentir les choses, les voir, en être conscient et déclencher. Etre prêt quoi qu'il arrive. 

Henri Cartier BRESSON , caché en haut de cet escalier a declenché au bon moment.

Henri Cartier BRESSON , caché en haut de cet escalier a declenché au bon moment.

il vivait son Leica à la main, de l’aube à la nuit, en chasse perpétuelle
— Marc RIBOUD
De gauche à droite : Martine FRANCK, Marc RIBOUD, Henri Cartier BRESSON

De gauche à droite : Martine FRANCK, Marc RIBOUD, Henri Cartier BRESSON

Etre chasseur, c'est avoir toujours son arme à la main. Mais plutôt que de parler d'arme à la main, je préfère parler d'outil. Je préfère énoncer le terme qui qualifie l'appareil photo d'un prolongement du regard. Votre regard, votre cerveau et votre appareil photo doivent être en alerte, et prêts à déclencher.

Finalement, et si le terme de chasseur était inapproprié ? Même si HCB était un grand passionné de chasse, il était avant tout un amoureux de la vie. Il disait à Vera FEYDER : 

Tu comprends, la photographie ce n’est rien, il n’y a que la vie qui m’intéresse, la vie, tu comprends ?
— dira-t-il à Vera Feyder.

2 - A vous de jouer

Je vous raconte et vous partage mon expérience lors d'un voyage. La photo a gagné un concours et a été remarqué comme "TOP" dans le magazine Focus numérique. C'est vraiment une fierté de voir son travail reconnu. Appliquez ces méthodes, ayez cet esprit d'ouverture, accédez à l'instant décisif et faites de vois photos de véritables œuvres d'art !

Dans les rues de Port-Louis

C'était au mois de février, lors d'un voyage avec mes amis. Nous nous retrouvions plongés en plein milieu de l'hiver dans une atmosphère humide et chaude : 34° en journée. En mode chasseur dans les rues de Port-Louis à l'île Maurice, j'ai appris à regarder et à me tenir prêt. On connait l’île Maurice à travers ses plages paradisiaques et ses paysages flamboyants. Mais on connait peu sa capitale : Port-Louis, son marché, ses rues à l'architecture coloniale, sa mixité de sa population, et l'accueil que ses habitants réservent aux visiteurs. Nous avons été accueilli avec bienveillance, toujours avec un grand sourire, un mot gentil, prêt à nous rendre service, à nous guider. J'en ai d'ailleurs rapporté de très jolis portrait réalisés au gré des rencontres. 

 Dans l"exemple ci-dessous, j'ai pris exemple sur le maître de la photo de rue et j'ai mis en pratique son enseignement. j'ai été scotché par le bleu de ce bâtiment. J'ai remarqué ce bâtiment à l'architecture coloniale. Je me suis senti immédiatement plongé dans une autre époque, un autre temps. Un espèce de saut dans le temps instantané. 

Je m’arrête. Il est aux alentours de 13 heures. La lumière est très forte, très dure Mais j'ai de la chance, la bâtiment est bien orienté et est uniformément dans l'ombre. Je suis équipé de mon 5D III monté d'un 85 mm. Je suis à bonne distance pour enlever du cadre les zones trop fortement éclairées. Je déclenche une première fois. C'est le chaos complet. Trop de passants, rien ne fonctionne. Aucun intérêt. 

J'attends quelques instants, Je déclenche quand les passants sont hors de mon cadre. J'ai ma photo. La dame au téléphone à l'angle du bâtiment, l'homme debout en tee-shirt blanc, la position de l'autre jeune homme contre le mur. Les regards de chacun nous guident. Un vers la moto, l'autre vers la dame. Leur positionnement, leurs attitudes, tout me convient. 

De retour à la maison, j'utiliserai un traitement un peu poussé qui mettra en valeur les textures du bâtiment, sa couleur flamboyante. Je garde un souvenir saisissant de ce voyage par la richesse des couleurs et de ses habitants. 


les trois étapes pour vous mettre en conditions.

Parfois, il faut susciter la chance pour qu'elle vous souri. Ce jour-là, j'ai attendu seulement quelques instants et elle m'a souri. Faites de même lors de vos déplacements et vos séances photo : 

  • TRAVAILLEZ LA SCENE : trouver un angle, travailler votre composition. Rappelez-vous, HCB a longuement étudier les toiles de maîtres avant de se lancer dans la photo. Étudiez les principes de composition. Étudiez les rapports des vides et des pleins entre les éléments de votre cadre. Les proportions harmonieuses donneront à vos photos une impression de bien-être.
  • PATIENTEZ : prenez votre temps. Parfois, il faudra revenir sur les lieux. Ce jour là, à Port-Louis, le soleil était bien orienté. Plus tôt ou plus tard dans la journée, il aurait fallu que je revienne pour profiter de conditions de lumière meilleures.
  • OUVREZ VOTRE ESPRIT : notre état d'esprit influent sur la façon dont nous voyons les choses. Si vous vous levez du mauvais pied, vous risquez de ne pas voir le beauté des choses qui vous entourent. Etre bienveillant à l'égard des autres vous rendra "wideopen" ;-) ou aware (comme disait jean Claude Van Dam, ouaou, j'ai réussi à citer JCVD)  

VOUS SOUHAITEZ DÉVELOPPER LE PHOTOGRAPHE QUI EST EN VOUS ? 

Retrouvez-moi lors d'émissions en LIVE et échangeons ensemble sur l'amour de la photographie. Profitez de plus de 60 cours en ligne. Rejoignez la communauté CAMPUS PHOTO