Comment ma photo s’est retrouvée en PREMIÈRE page de L'EQUIPE !!

En février 2013, je me suis rendu au Bénin avec trois amis. C’était un de mes premiers “grand voyage”, le premier en Afrique. Je venais juste de m’équiper en matériel photo avec mon Canon 5D II. J’avais emporté un petit boitier compact Lumix, bien pratique pour la vidéo et très discret pour la photo.

Loin de l’idée de réaliser un documentaire, ces photos et vidéos sont juste un témoignage personnel de notre périple entre amis. J’avoue avoir pris un grand plaisir à illustrer nos aventures. Surtout qu’à notre retour, sans le savoir, nos aventures allaient prendre une toute autre tournure. Une de mes photos est parue en couverture du Magazine Sportif “L’EQUIPE”. Oui, ci-contre. Elle illustre la rencontre entre mon ami fan du stade rennais et d’un prêtre vaudou.

Si vous souhaitez connaitre toute l’histoire, je vous la raconte ci-dessous ou visionner la vidéo.


Téléchargez le guide gratuit 24 pages pour DÉVELOPPER votre ŒIL de photographe

Hardcover-Book-MockUp.png

Au départ, une simple boutade.

De défaite en défaite en phase finale des coupes de France de football auxquelles elle a participée, Rennes a toujours perdu. Mon ami Anthony, grand fan (historique) du stade rennais est persuadé que son club est envoûté.

Telle une malédiction, il s’exclame : “Ce n’est pas possible, ils sont envoûtes !!!”.

Ni une, ni deux, en étudiant l’histoire du Bénin, il découvre les pratiques ancestrales du Vaudouisme au Bénin. Il se dit alors :

POURQUOI ne pas en profiter pour DEMARABOUTER le stade rennais. (2nd degré)

Durant ce voyage, en fil rouge et au second degré, nous recherchons notre prêtre vaudou. Nous le trouverons dans le village de Ouida. Pour tout savoir sur cette séance, rendez-vous dans la vidéo en bas de page.

 Salle de bain de la chambre d’hotel - COTONOU - Bénin

Salle de bain de la chambre d’hotel - COTONOU - Bénin

Départ pour COTONOU en février 2013.

Partis de Paris avec à peine 1°c, nous atterrissons à l’aéroport de Cotonou 6 heures plus tard. L’air est chaud, l’ambiance l’est aussi. Il fait nuit, nous devons retrouver notre hôtel réservé depuis la France. Un hôtel très simple.

Immédiatement après avoir posé nos valises, nous nous rendons sur le rond-point de étoile rouge. Un des carrefours les plus emprunté de la capitale. Ça grouille de partout. Les “zems”, taxi moto et leur conducteur nous sollicitent. Les boutiques ou plutôt les stands installés a même le trottoir font la vie de cette ville bouillonnante. Un plat sur la pouce, une bière à 600 F cfa, nous sommes immergés dans ces rues. Nous nous arrêtons “Chez Brian” à deux pas de notre hôtel afin de récupérer de notre voyage.


Au programme de cette visite de 9 jours :

  • visite de Cotonou, capitale économique

  • Rencontre à Abomé,

  • Rencontre de Charlie à Ouida, principale porte de sortie des esclaves vers les Amériques.


1er jour : Visite du marché de DANTOKPA.

Le lendemain, nous nous réveillons. La ville s’est aussi réveillée, elle est bruyante, agitée. Nous décidons de visiter le marché de Dantokpa. Il est le plus grand marché à ciel ouvert de l'Afrique de l'Ouest. . 50 000 échoppes au toit de tôle s’entassent sur 180 000 m2. Autant vous dire que l’ambiance est au rendez-vous.

Nous déambulons dans les allées interminables. Finalement elles sont bien organisées. Son quartier multimédia avec les disques, l’électroménager, les livres. Tous les rayons sont représentés. Tout pour l’aménagement de la maison, la construction du bâtiment, le gros oeuvre…. bref… On y trouve de tout, même la boucherie à ciel ouvert. Vous pouvez imaginer que les chambres froides n’existent pas. L’odeur est prenante et tout juste tenable avec cette chaleur qui atteint les 32 °c à l’ombre. L’accueil est paisible, chaleureux, le sourire est partout. Avec nos gueules de YOVO (blanc), nous sommes repérés.

Dans ce marché, je suis équipé seulement de mon compact Lumix. Je saisis les ambiances. je me rends compte que l’appareil photo n’est pas très bien accepté. Certaines personnes se retournent, d’autres s’écartent, se cachent à la vue de mon appareil photo. Malgré les sourires et l’accueil chaleureux, je suis un peu mal à l’aise. J’ai l’impression que ça ne va pas être facile de photographier tranquillement.

 Marché de Cotonou

Marché de Cotonou

Pour autant, je souhaite restituer cette ambiance, toute cette vie, toute cette bonne humeur. Dans les allées du marché, Je prends tout de même cette photo. En arrière plan, un immeuble abandonné, cette vieille Peugeot 404, ces étales, ces motos et cette femme. Nos regards se croisent, clic. Elle ne s’est pas cachée, ne m’a rien demandé, ouf.

Avec mes amis, nous ressentons vite le besoin de nous éloigner de cette agitation oppressante. La circulation ne cesse jamais, les motos, les voitures, les klaxons. Le bruit est assourdissant, la pollution presque insoutenable. Nous décidons de nous rendre à Ganvié, cité lacustre au nord de Cotonou du Bénin, situé sur le Lac Nokoué.

2 - 4.jpg

En route vers Ganvié

Nos guides nous conduisent dans les canaux de la ville.

Le moyen le plus simple d’y parvenir est de prendre la pirogue. Le lac est exploité pour ses ressources en poissons. Les 30 000 habitants de Ganvié se déplacent en pirogue pour rejoindre Cotonou, le plus court chemin.

2 - 1.jpg

La vidéo Version Longue …

Je vous propose de découvrir tout notre parcours dans la vidéo. Dans un premier temps destiné à notre cercle d’ami, j’ai décidé de vous la partager.


La vidéo du démaraboutage version courte 6 minutes